Jacques Rousselot:

« Il faut sauver le soldat ASNL. »

« Non seulement Pablo restera entraîneur jusqu'à la fin de la saison, mais plus encore. La semaine dernière, il y avait eu des fuites de ce qui s'était passé dans le vestiaire. C'est dommage et regrettable, mais c'est ainsi. Pablo avait donné sa démission par grandeur. Il m'a dit qu'il pouvait partir comme il était venu, et s'asseoir sur ses trois ans de contrat. Avec lui, nous avons vécu sept années fantastiques. Cette saison, c'est un peu plus difficile. Et si on doit mourir, on mourra ensemble ! Moi, j'ai encore plein de projets en tête pour se club, et j'ai envie de continuer sauf si ma santé m'en empêche. La maintien, j'y crois. Le vent va tourner, et les garçons ne vont pas lâcher, croyez-moi. »

« Ce serait peut-être bien de les envoyer dans un endroit sympa pour se ressourcer, à part ceux (Ouaddou, Hadji, N'Diaye) qui vont partir en sélection. Cela pourrait faire du bien, car on a mal à la tête et mal au coeur...»

Pablo Correa:

«Ce n'est pas physique, c'est dans la tête. J'ai un copain chirurgien qui s'occupe de la tête, je vais lui en parler. »

« Les joueurs sont une peu comme des gamins qui arrivent tout frais le matin à l'école. Et puis, l'estomac se vide, et ils plongent...»

Source: L'Equipe