2059202648_small_1

Séb' Puygrenier:

"- Regarderez-vous le match Nancy - Moscou à la télé ?
- Bien sûr. Même quand l'ASNL ne rencontre pas un club russe, je suis de très près ses performances. J'ai les chaînes françaises à la maison et je surfe beaucoup sur Internet, le lis d'ailleurs L'Est Républicain sur Internet. J'ai aussi mes anciens coéquipiers régulièrement au téléphone : Issiar (Dia), Youssouf (Hadji), Pascal (Berenguer), Gaston (Curbelo), Marco (Fortuné) et d'autres encore.
- Que vaut le CSKA ?
- C'est un club de Champions League. Moscou a failli gagner le titre en Russie. Ça veut dire quelque chose. Le championnat russe est très relevé, notamment sur le plan technique. En L1, le CSKA finirait dans les trois premiers. Chaque fois que j'ai vu évoluer cette équipe, j'ai été assez impressionné. Moscou possède de grands joueurs comme l'attaquant brésilien Wagner Love, le gaucher Zhirkov ou le Serbe Krasic sur le côté droit.
- L'ASNL a-t-elle néanmoins les moyens de gagner ce match ?
- Oui, je crois vraiment aux chances de mes potes. Je sais que c'est difficile pour les adversaires à Picot. En plus, le CSKA Moscou est déjà qualifié. Je ne dis pas que les Moscovites vont venir en touristes mais ils devaient avoir l'esprit un peu plus cool. D'autant que ce sera leur dernier match avant les vacances.
- Le prochain championnat russe ne commencera en effet qu'en mars. Comment les clubs comme le Zenith ou le CSKA vivent cette situation particulière ?
- On a un mois de repos, comme c'est le cas en France mi-mai quand la L1 se termine. Avec le Zenith, on partira en stage en Espagne au mois de janvier pour éviter les conditions météo trop difficiles en Russie à cette période. On va même aller à Marbella dès cette fin de semaine pour préparer notre dernier match de l'année, à Santiago-Bernabeau face au Real Madrid en Ligue des Champions le 10 décembre.
- Comment jugez-vous vos prestations individuelles avec le Zenith jusque-là ?
- J'ai eu des hauts et des bas. En Ligue des Champions, je m'en suis plutôt bien sorti mais je me suis fait expulser devant Borisov, ce qui m'a privé de la rencontre retour face à la Juventus fin novembre. En championnat de Russie, j'ai été trop irrégulier et j'ai pris trop de cartons.
- Malgré tout, les soucis défensifs des Bleus actuellement ne vous laissent-ils pas l'espoir d'être sélectionné en équipe de France ?
- Pour le moment, je ne le mérite pas. Il faut que je retrouve totalement mon niveau de Nancy. Je pense que ça va aller de mieux en mieux.
- Avez-vous déjà marqué avec Saint-Petersbourg ?
- Une fois en championnat, oui. J'ai mis un but de la tête, sur un coup franc mais le tireur n'était pas Benjamin Gavanon (éclats de rire) !
- Comme le Zenith va terminer troisième de sa poule en Ligue des Champions, il va être reversé en 16e de finale de l'UEFA. Aimeriez-vous rencontrer l'ASNL à ce stade de la compétition ?
- Franchement, non. Ça me ferait bizarre d'affronter mes copains. Et puis, ce serait un match piège pour nous parce que Nancy ne lâche jamais rien. Je préférerais jouer un autre club français. En tout cas, la Coupe de l'UEFA est importante ici. Le Zenith reste le tenant du titre."

Source: L'ER