puygrenier

Règlement oblige leur signature n’interviendra de façon officielle qu’à la date du premier janvier, l’ASNL n’a donc livré aucune communication à cette heure, mais dès hier les négociations avec Sylvain Monsoreau et Sébastien Puygrenier ont abouti, les deux joueurs ont donné leur accord. Comme nous l’annoncions en exclusivité dès notre édition de mercredi l’ASNL avait pris sur ces dossiers une avance qu’elle a donc su concrétiser.

Dans un contexte d’une terrible concurrence avec la CAN, c’est une bonne nouvelle, alors que des clubs anglais lorgnaient sur le joueur du Zénith, Valenciennes et Sochaux avaient également couché le nom du Stéphanois sur leur liste de Noël.

Les deux cas étaient tout à fait semblables. Libres en juin les joueurs qui n’étaient plus utilisés par leurs clubs, avaient besoin de se relancer. Pour l’ASSE et le Zénith Saint-Pétersbourg, c’est l’occasion de dégraisser l’effectif. L’ex (et futur ?) célèbre numéro 28 avait complètement été « placardisé » par le nouvel entraîneur italien Squaletti. Il ne figurait même plus sur la liste de 22 que le club russe avait déposée à l’UEFA. Il avait été laissé libre de trouver un club, après s’être entraîné un temps à Monaco où il avait déjà été prêté l’an dernier, Puygrenier a cherché ensuite une issue du côté de l’Angleterre.

Quant à Monsoreau après avoir joué la bagatelle de 31 matchs l’an dernier avec Christophe Galtier, il faisait curieusement partie d’un « loft » depuis le début de saison avec Sanogo et Bayal. Ce choix est évidemment estampillé Jean Fernandez puisqu’il fut l’entraîneur qui le lança dans le grand bain à la sortie du centre de formation sochalien.

Concernant Puygrenier, l’ASNL connaît le risque de faire revenir un ancien de la maison, mais Sébastien entretient avec le club qui l’a révélé au grand jour, un rapport affectif très fort. Il était un des chouchous du public de Picot, ses coups de tête sur corner ou coup franc seront également précieux. Il arrive en terrain de connaissance même si l’équipe a beaucoup changé.

En concluant aussi tôt ces deux arrivées l’ASNL démontre sa volonté de tout faire pour se renforcer et ainsi sauver sa place en Ligue 1. Pour y arriver l’entraîneur nancéien martèle depuis de longues semaines que cet objectif passe par une meilleure stabilité défensive. Les derniers événements lui ont donné raison. Deux défenseurs centraux en renfort, c’est évidemment un message fort en direction de Sami, Andre Luiz et Lotiès qui occupaient les rangs jusque-là. Reste à savoir si la formule a cinq qui a fait tant débat sera ou non reconduite.

Le stage en Espagne qui commencera dès le 2 janvier servira à nous donner les premiers renseignements sur le sujet. En principe Sylvain Monsoreau et Sébastien Puygrenier en seront, plus question de renouveler les erreurs de l’été quand les recrues étaient arrivées au dernier moment.

Christian FRICHET, L'ER